Amos Milburn MILBURN, Amos : chanteur et pianiste de rhythm'n' blues américain, 1946-1980. Né le 01.04.1926 à Houston (Texas). Mort le 13.01.1980 à Houston.

Créateur de classiques comme « Ckicken Shack Boogie » et « One Scotch, One Bourbon », One Beer », ce chanteur et pianiste texan, influencé par le boogie-woogie et le blues de la Côte Ouest , a connu un immense succès au début des années 50 et eu une influence déterminante sur Little Richard et Fats Domino.

Il apprend le piano enfant, jouant à l'église le dimanche ? Il s'initie au boogie-woogie en jouant dans les maisons closes le samedi soir. A quinze ans, il s'engage dans les marines et participe, durant la guerre, aux opérations dans le Pacifique. Installé à Los Angeles, il découvre tout un jazz-blues urbain et sophistiqué. Inspiré par les thèmes mélancoliques et avinés des chansons de Charles Brown, il reçoit surtout l'influence du batteur et chanteur Roy Milton dont la formation, les Solid Senders, comprend une solide section de cuivres qui souligne le rythme boogie-woogie du piano. A la fin de la guerre, il forme un groupe à Houston, accompagnant divers chanteurs. La productrice Lola Callum le remarque et lui obtient son premier contrat en 1946 avec Aladdin, la firme des frères Mesner fixe à Los Angeles. La première séance donne un torride « Down The Road Apiece », qui préfigure le rock'n' roll. Produit par le saxophoniste et arrangeur maison Maxwell Davis, Milburn obtient un immense succès en 1948 avec « Chicken Shack Boogie ». Le même Davis compose lest tires qui lui apporteront l'immortalité : « Bad, Bad Whiskey » (1950), « Thinking And Drinking » (1952), « Let Me Go Home, Whiskey » (1953) et le fameux « One Scotch, One Bourbon », One Beer » (1953), que reprendra le guitariste de blues blanc George Thorogood à la fin des années 70.

Cette combinaison de piano boogie-woogie, d'un saxo ténor hurleur et d'un rythme jump-blues connaît un succès fou à La Nouvelle-Orléans , influençant beaucoup Fats Domino. En 1954, l'étoile de Milburn commence à pâlir, et son contrat chez Aladdin n'est pas renouvelé. Il dissout son groupe et, se lançant en solo, tente sans y parvenir de se raccrocher à la mode du rock'n' roll, qu'il a pourtant contribué à inventer. Il se produit un temps en duo avec Charles Brown, enregistrant pour Ace en 1959. En 1963, il grave un album pour Motown, The Blues Boss. Jusqu'au début des années 70, une santé précaire (il subira plusieurs infarctus) l'empêchera de se produire et d'enregistrer régulièrement. Fixé dans l'Ohio, il se retire à Houston en 1972, où il retombera dans un complet anonymat. Son dernier enregistrement remonte à 1973, en compagnie d'un autre pionnier oublié du rhythm n' blues, Johnny Otis. Alcoolique, amputé d'une jambe, il meurt en 1980, âgé de 53 ans. Le label Route 66 a publié plusieurs compilations dont Amos Milburn And His Chicken Shackers, Rock, Rock, Rock et Let's Rock For A While.