Aretha Franklin FRANKLIN, Aretha : chanteuse de gospel et soul américaine. Née le 25.03.1942 à Memphis (Tennessee).

Surnommée « Queen of Soul », cette chanteuse originaire de Detroit a personnifié ce genre vocal, connaissant un succès immense à la fin des années 60, notamment avec « Think » et « Respect ». Sa technique vocale exceptionnelle, son contrôle parfait des ornementations propres au genre, ses dons étonnants (une voix couvrant quatre octaves) et son aptitude à apporter une tension dramatique à ses interprétations (réminiscence de son éducation gospel) en font une figure majeure de la musique populaire américaine.

Aretha Franklin est la fille aînée du pasteur C.L. Franklin. Avec ses deux sťurs cadettes, Carolyn et Erma, elle reçoit une éducation religieuse et musicale stricte, et commence à tourner dès l'enfance dans le circuit gospel. Elle chante dans la paroisse de son père, la New Bethel Baptist Church de Detroit (Michigan), mais aussi aux quatre coins du pays. Elle s'inspire alors des nombreux interprètes de gospel que son père fréquente, dont Mahalia Jackson et Clara Ward des Ward Singers, mais aussi Sam Cooke, qui officie alors au sein des Soul Stirrers. Le révérend Franklin est l'un des pasteurs les plus populaires du pays : il monnaie ses sermons comme des prestations musicales, exigeant jusqu'à 4 000 dollars pour une apparition publique. Aretha chante aux côtés de son père sur deux 78 tours datant de 1951 sous le label Gotham. A 11 ans, elle devient soliste dans la chorale de l'église et publie en 1956 son premier disque solo, « Never Grow Old », pour le label JVB de Detroit. Dans la même veine religieuse, ce premier essai est suivi de « Precious Lord » chez Checker qui paraîtra plus tard dans l'album The Gospel Soul of Aretha Franklin. La chanteuse pressent que la musique religieuse limite son audience : le succès de Sam Cooke après son départ des Soul Stirrers l'incite à s'orienter vers un répertoire d'inspiration plus profane. John Hammond la déniche alors et la fait signer chez Columbia. Pour son premier album (The Great Aretha Franklin, 1960), il la fait chanter avec le trio du pianiste Ray Bryant, avec qui elle se montre encore proche de sa ferveur gospel. Pour certains titres, elle assure son propre accompagnement au piano, comme sur ses deux premiers succès dans les classements rhythm'n' blues, « Today I Sing The Blues » et « Won't Be Long ». Elle enregistrera neuf autres disques pour Columbia, de 1960 à 1966 ; la plupart sont décevants. Malgré quelques réussites éparses comme « Runnin' Out Of Fools » (1964) ou « Cry Like A Baby » (1966), Hammond la pousse à être tantôt Billie Holliday, tantôt Dinah Washington, tantôt Ella Fitzgerald, tout sauf elle-même, la confiant dans une sophistication qui bride son tempérament.

Insatisfaite, elle signe en 1967 avec Atlantic : prise en main par Jerry Wexler, qui l'admire depuis longtemps, elle se révélera enfin. Elle part enregistrer à Muscle Shoals (Alabama), aux studios Fame de Rick Hall, avec des musiciens comme Spooner Oldham à l'orgue, Jimmy Johnson à la guitare et Roger Hawkins à la batterie. La chanteuse s'accompagne au piano pour « I Never Loved A Man », un titre de Ronnie Shannon ; aussitôt après, son mari et manager Ted White s'oppose violemment à Rick Hall et aux musiciens de la séance. La chanson se retrouve n°1 aux classements rhythm'n' blues et n°2 tous publics : elle sera la première à passer la barre du 1 million d'exemplaires. Désormais, Aretha Franklin n'enregistrera plus qu'à new York. En 1967, elle triomphe avec « Respect », un ancien titre d'Otis Redding, « Baby I Love You », « A Natural Woman », « Chains Of Fools », « Since You've Been Gone » et « Think ». Toutes ces chansons l'imposent comme la chanteuse noire la plus importante du moment et lui valent le titre de « Queen Of Soul ». Ses albums de l'époque, Aretha Drives (1967), I Never Loved A Man (1968), Lady Soul (1968) et Aretha Now (1968) sont tous exceptionnels.

Cette période restera brève. Sa relation avec son mari et producteur Ted White dégénère et la carrière s'en ressent : après « I Say A Little Prayer », superbe et poignant dans sa simplicité, elle ne connaîtra que des succès épars. En 1970, elle retrouve la flamme des grands jours avec des titres comme « Call Me », « Spirit In The Dark » ou « Don't Play That Song ». Son album Aretha Live At Fillmore West (1971) capte remarquablement l'énergie qu'elle dégage sur scène. En 1972, elle revient au gospel, enregistrant un double album d'anthologie, Amazing Grace, aux côtés de James Cleveland et du Southern California Community Choir, qui remporte huit Grammy Awards. Elle connaît trois nouveaux succès au début des années 70 : « Angel », produit par Quincy Jones et extrait de l'album Hey Now Hey, « Until You Come Back To Me » et « I'm In Love ». Après 1974, elle travaille avec d'autres producteurs et continue à produire des chansons populaires, mais avec une fréquence réduite : « Something He Can Feel ». Sa carrière s'enfonce dans une routine anesthésiante au fil des années 70 et il faudra son apparition musclée dans le film The Blues Brothers (1980), de John Landis, pour réveiller l'intérêt du public.

La même année, sa carrière repart grâce à un nouveau contrat avec Arista, qui l'ouvre à des sons plus contemporains. Elle renoue immédiatement avec le succès commercial grâce à « United Together » (1981), suivis de deux albums de belle facture : Aretha (1980) et Love All Hurt Away (1981) dont la chanson-titre est un duo avec George Benson. Suivent « Jump To It » (1982) et le très disco « Get It Right » (1983). Fin 1985, elle chante en duo avec Annie Lennox dans « Sisters Are Doin' It For Themselves », avant de reprendre en 1986, sous la direction de Keith Richards « Jumpin' Jack Flash » des Rolling Stones pour les besoins d'un film du même nom avec Whoopi Goldberg. En 1987, elle obtient un n°1 grâce au duo avec George Michael : « I Knew You Were Waiting ». Quelques mois auparavant, Keith Richards l'accueillait au Rock'n' Roll Hall of Fame pour ses trente ans de carrière. Le succès de ses duos pousse Arista à lui faire enregistrer Through The Storm (1989), où elle chante avec Elton John, James Brown et Whitney Houston. En 1990, elle reçoit un Grammy Award pour l'ensemble de sa carrière. Elle continue d'enregistrer des albums de qualité moyenne et se fait progressivement plus rare. Elle a néanmoins gardé intactes la foi et l'énergie des premiers jours. Au printemps 1997, elle réalisait un rêve d'enfant en commençant l'étude du piano classique, se faisant accepter à la fameuse école de musique Juilliard de New York, participant parallèlement à une suite des Blues Brothers au cinéma. Elle est revenue au premier plan avec l'album A Rose Is Still A Rose (1998) ouvert à des sonorités plus contemporaines, ce dont témoigne la chansons-titre composée par Lauryn Hill. Parmi les nombreuses vidéos la présentant, on retiendra Aretha Franklin Live At Park West et Aretha Riding On The Freeway.